Le temps passe et restent les sensations

Une fois n’est pas coutume petit moment entre Fakir et moi.

Plus d’un an de pause pour que son corps se repose, son grand corps fatigué et malmené par ses jeunes années. Plus d’un an à se retrouver et puis la résurrection, grâce entre autres à l’intervention d’une ostéo extra.

Nous voilà repartis pour de nouvelles aventures,sur un rythme cool et toujours à son écoute, mais de quoi garder la musculature tonique pour ses vieux jours.

Fakir, 18 ans, passe de la retraite à la pré-retraite! 🙂

Fakir et moi 😉

Publicité

Le Cheval, ce Thérapeute

Les coups durs de la vie, les moments de doute, la pression du quotidien…

Prendre le temps de parler à son cheval, de le regarder dans les yeux, d’échanger des caresses et le sentir veiller sur nous à sa façon, du poulain au vieux routard, de la jument désagréable au poney-peluche…

Arrêter de penser en tant qu’humain et se laisser faire par l’instinct et le langage corporel, laisser le cheval nous emporter, l’apprendre par cœur, laisser filer les émotions en suivant du doigt ses courbes, ses veines, les reflets sur sa robe.

Et se sentir soulagé, enfin, même si c’est éphémère. Et remettre ça aussi souvent que possible.

En finir avec l’hésitation

Langage corporel flou, regard vague, un pas en arrière un autre en avant ah bah non un demi-pas sur le côté, une main qui se lève puis s’arrête en milieu de mouvement et retombe….

Autant d’hésitations et de confusion dans l’esprit du cheval.

Décomposer sa pensée, visualiser ce qu’on va exécuter, laisser le corps parler de lui-même avant d’agir et enfin concrétiser en étant sûr de soi et du bien fondé de son action…

Autant de raisons de réussir et de nouer un lien plus fort avec son cheval.